Brèves

Rejoignez-nous sur Facebook !
 
powered_by.png, 1 kB
Accueil arrow Les administrations arrow Le stationnement
Le stationnement Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 18
FaibleMeilleur 
Écrit par Cécile   

Stationnement pénicheChacun peut s’amarrer pratiquement où bon lui semble. Mariniers et pénichards en vacances disposent d’une grande liberté d’amarrage. Mais il faut différencier le stationnement temporaire du définitif.

Les pénichards qui désirent s’installer à demeure sont, quant à eux, soumis à une législation plus stricte. Ils doivent obligatoirement disposer d’une autorisation de l’administration régionale où est situé le bateau. En Wallonie, il s’agit du Ministère de l’Equipement et des Transports (MET).

Au regard de la loi, le stationnement prolongé d’un bateau (à partir de 6 mois) est considéré comme une occupation abusive du domaine public. Afin de ne pas se faire poursuivre, il faut s’acquitter d’une redevance annuelle. Celles-ci sont très bon marché en Belgique. Elles sont liées aux contrats de stationnement délivrés par les gestionnaires des voies navigables et varient selon les endroits. Sur les voies d’eau de l’Est (Meuse, Canal Albert…), le tarif est de 0,937 €/m2 par an. Sur les voies  d’eau de l’Ouest (Escaut, Yser…), le tarif est moindre : 0,38 €/m2. A titre de comparaison, les pénichards français paient une redevance pouvant aller jusqu’à 60 €/m2, le long de l’Ile de la Cité, à Paris…

Le domaine public est inaliénable, personne ne peut vendre ou acheter un emplacement. Lorsqu’une péniche est en vente, l’emplacement n’est donc jamais inclus. Après l’achat, il y a de fortes chances que le nouveau propriétaire du bateau soit obligé de se trouver un autre quai.

stationnement peniche

Il existe de nombreux endroits où une péniche peut s’amarrer : la ville ou la campagne, les eaux bordées de terrains privés (bras de rivière, affluents déclassés), les eaux privées (sablière, anciennes darses d’usine)… Il est possible d’aménager le bout de berge où demeure la péniche avec une clôture, un jardinet ou une place de stationnement pour la voiture. Néanmoins, ces aménagements ne sont que tolérés par l’administration qui, à tout moment, peut récupérer son terrain sans explications ni indemnités.
En fonction de la ville d’amarrage, certaines demandes sont différentes : la fréquence de carénage , l’enfoncement minimum, la hauteur du garde-corps, l’agréation ou non des installations électriques et de gaz, le traitement ou non des eaux usées avant rejet à l’extérieur...

Le choix d’un bon quai d’amarrage a toute son importance. A Bruxelles, par exemple, l’aspect des bateaux-logements n’est pas à l’avantage des pénichards : les péniches sont mal entretenues, les ponts sont encombrés de désordre ; le tout donne l’impression de se trouver devant un cimetière de bateaux. D’autres ports de plaisance proposent un meilleur cadre et les péniches soignées par leurs propriétaires créent une unité esthétique.

 
< Précédent   Suivant >
© 2018 Habitat Fluvial
Joomla! is Free Software released under the GNU/GPL License.