Brèves

Organiser un séminaire sur l'eau ?


SeminaireVous désirez vous mettre au vert avec votre équipe ?
Découvrez les possibilités de location pour les entreprises.

Jusque 30 personnes en réunions ou 50 personnes pour organiser une réception.

Vous pouvez, en option, organiser un repas à bord, ou même emmener vos collègues ou vos clients pour une mini-croisière au fil de l'eau !
A partir de 500 € pour 5 heures de location

Fêter un anniversaire surprise sur la péniche ?


feteVous cherchez un endroit insolite pour faire une surprise à un ami, un collègue, à votre conjoint ?
Découvrez les possibilités de location pour les particuliers.

Une soirée ou une nuit de folie ? Un repas, une soirée dansante, une croisière, un concert, un barbecue, la projection d'un film, un karaoke ? Tout est possible à bord !
A partir de 250 € pour 5 heures de location

 
powered_by.png, 1 kB
Le lestage Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 20
FaibleMeilleur 
Écrit par Cécile   
Un bateau vide s’enfonce de moins de 50 centimètres dans l’eau. Cela signifie que les pales de l’hélice sortent de l’eau, que la prise au vent est trop importante pour manœuvrer facilement et que le passage sous les ponts devient impossible. C’est pourquoi les mariniers naviguant à vide sont obligés de ballaster . Il faut donc enfoncer le bateau de 50 centimètres supplémentaires lors d’une transformation, et même avec d’immenses cuves d’eau, on est loin du compte. Il est donc nécessaire de lester le bateau. Il confère à la péniche une meilleure stabilité, l’empêche de tanguer démesurément et lui assure un tirant d’eau  convenable. Pour enfoncer une péniche de type freycinet d’un centimètre, il faut la charger d’environ 1,6 tonnes. En tenant compte des aménagements, il faut donc ajouter une moyenne de 60 à 80 tonnes de lest. Cela équivaut à acheter quelque chose sans intérêt, qui prendra de la place,  entre le fond du bateau et le plancher, et qui sera transporté pour rien. Il s’agit cependant d’une conséquence obligatoire au détournement d’une péniche de transport en habitation. Tous les lestages sont d’abord posés sur une couche de graisse (calfon), puis aspergés d’huile afin d’entretenir une atmosphère huileuse dans le fond de la cale. Cette technique permet aux matériaux de ne pas endommager la coque par frottements et de lutter contre la rouille.

Les fabricants de matériaux de construction sont souvent situés au bord de l’eau. En sachant que le prix du lest peut être plusieurs fois multiplié par le coût du transport, il est économiquement plus intéressant de se rendre à eux.
Certains lestent leur péniche en y coulant un béton, solution à proscrire. Acide et poreux, celui-ci laisse les infiltrations d’eau corroder la coque de manière indétectable, risquant de couler le bateau. Une fois au fond, personne ne pourra l’en sortir entier à cause du poids et de l’homogénéité de ce matériau.

Cependant, le béton n’est pas à proscrire totalement. Il suffit de l’employer sous une autre forme. Les poutres, avec accroches, peuvent se placer à l’aide d’une grue. Les parpaings ou les bordures de trottoir se transportent sans trop de difficulté. Ils permettent un vide d’air et peuvent servir de support au plancher.

Les rails de chemin de fer sont considérés comme étant les meilleurs lests. Ils sont presque huit fois plus lourds que l’eau, permettant un enfoncement rapide pour un minimum de place utilisée. Ils coûtent 0,25 €/kg, ce qui signifie un montant total de 20 000 €. Une alternative est de profiter de scories à étaler à la pelle au fond ou à répartir dans des bacs. Cette solution possède deux avantages : un prix symbolique et une forte densité (une couche de 30 centimètres pèse en moyenne 120 tonnes). Cependant, ce matériau a une mauvaise tenue dans le temps. En se détériorant, les scories forment des plaques monolithiques difficiles à enlever. C’est pourquoi il est préférable de ne pas les répartir directement dans la cale.

Il est également possible d’utiliser de gros galets ou du gravier (0,05 €/kg). Le sable, lui, s’imprègne plus facilement d’humidité. Certains laissent le lest apparent, c’est le cas de pavés de ville en granit. S’ils sont taillés avec soin et empilés sur plusieurs couches, ils peuvent en effet constituer le sol même de la péniche.

Le fait d’encastrer une piscine sur le pont de son bateau constitue un autre type de lest. Certes, il s’agit d’un élément de luxe, mais il fait référence au ballast utilisé par les mariniers. La piscine remplie au maximum, la péniche peut passer sous un pont très bas ; vide, elle remonte, évitant de frotter si le canal est peu profond. Il est même possible de se servir de ce trou vide comme d’un garage. Cependant, ce lest se trouve en hauteur et, en cas de roulis , c’est un lest qui se meut.

Après lestage, le bateau doit avoir une très légère pente. Il faut créer un point bas où toutes les eaux coulant à l’intérieur de la coque viendront se rassembler. Cet endroit est muni d’un détecteur ou est renvoyé vers le relevage des eaux usées.
Le lest, quel qu’il soit, se compte en centimes le kilo, ce qui semble très bon marché. C’est oublier que, pour remplir la cale d’une péniche, on compte en tonnes… donc en milliers d’euros !

Les bateaux neufs destinés à l’habitation ne présentent pas de problème de lestage. Leur fond est muni d’une semelle d’acier d’une épaisseur importante, ce blindage enfonçant le bateau sans occuper d’espace intérieur.

 
< Précédent   Suivant >
© 2018 Habitat Fluvial
Joomla! is Free Software released under the GNU/GPL License.